Nassur Attoumani, "Tonton! rends-moi ma virginité"

Editions Orphie

27 Mai 2015
Nassur Attoumani, "Tonton! rends-moi ma virginité"

Paru en mars 2015, le dernier roman de Nassur Attoumani, « Tonton! Rends moi ma virginité... » aborde un thème encore tabou, qui prend aux tripes : celui de l’inceste. Ce virtuose de la métaphore nous entraîne dans des espaces jamais explorés de la souffrance humaine. 

On connait différentes facettes de la plume de Nassur Attoumani, on la connait drôle, moqueuse (Le turban et la capote, Les anachroniques de Mayotte) un peu nostalgique (Les aventures d’un adolescent mahorais), cynique, acérée, satirique...Dans son dernier roman elle se fait violente.

On le sait, Nassur Attoumani ne craint pas d’aborder les sujets controversés, et de briser les tabous.
C’est encore le cas cette fois-ci avec son 15e ouvrage Tonton rends moi ma virginité, qui ne traite pas d’un thème léger : la descente aux enfer d’une jeune fille qui subit l’inceste. L’auteur nous emmène dans la tête de cette enfant dans son coeur et dans ses tripes. Nous suivons son parcours, ses tentatives de guérison et de revanche. 
L’écriture très imagée de Nassur Attoumani sert ici à l’exploration de la souffrance. Un livre qui bouscule, comme un hurlement qu’on voudrait ne pas entendre.

 

EXTRAIT

« Au bout d’une demi-heure, chacun et chacune… un kleenex sous le nez. Pas un seul kleenex sec, non ! Une centaine de kleenex souillés dans un concert de reniflements intermittents. Dans les poitrines, une centaine de coeurs en alphabet morse. Sous les diaphragmes, une centaine d’estomacs constipés noués ébouillantés par l’histoire de ces anonymes sans visage. Dans le noir, une centaine de regards rivés sur l’écran tels des sangsues sur les fesses d’un hippopotame. Dans nos bouches asséchées par l’émotion, la répugnance, l’incompréhension, le désarroi total. Mutisme féroce de nos langues. Une centaine de langues garrottées par la turpitude. Dans la salle de permanence, cent sanglots, cent soupirs, cent silences. Des silences salés, des soupirs spasmophiliques, des sanglots cinglants. » « Peut-il y avoir une similitude entre une vieille voiture et une jeune fille violée ? Oui. Les deux sont démontées par des mains crasseuses qui fouillent dans leur intimité la plus profonde. En toute impunité. Souvent au vu et au su de tous. Mais la différence est que la voiture est remontée, réparée : elle revit ; tandis que la fillette reste démantelée, démembrée, anéantie pour la vie. »

BIOGRAPHIE

Nassur Attoumani est un dramaturge, écrivain, musicien mahorais né le 5 mars 1954 à Moroni, aux Comores.
Il a publié de nombreux romans, pièces de théâtre, essais, nouvelles et a reçu des distinctions pour ses œuvres (Mention spécial du Grand Prix Littéraire de l’Océan Indien,
pour Interview d’un macchabée, Grand Prix Littéraire de l'Océan Indien, pour Mon mari est plus qu'un fou: c'est un homme.)
 

En savoir plus

 

 

 

 

Mots clés associés

Réseaux sociaux

Partagez cette page sur les réseaux sociaux :