Guillaume LEGAL

Artiste plasticien et vidéaste

Guillaume LEGAL
Banc amérindien canard de bain © Guillaume Legal
Guillaume LEGAL
Idées noires, 2015 © Guillaume Legal
Guillaume LEGAL
Idiom necessitas © Guillaume Legal
Guillaume LEGAL
Il inspire et expire on line, 2015 © Guillaume Legal
Guillaume LEGAL
Les fétiches de Kirikou, 2014 © Guillaume Legal
Guillaume LEGAL
Morceau de Tissu, 2015 © Guillaume Legal
Guillaume LEGAL
Self Made Man, 2015 © Guillaume Legal

Présentation

Le travail de Guillaume LEGAL part de l'idée que la culture est aujourd’hui mondialisée et qu'il ne subsiste des normes concrètes que les soubresauts d’un attachement ancestral à la nature. Il emploie donc dans son travail des formes issues d’icônes universels passés à la postérité qu'il mêle aux représentations traditionnelles. L'artiste l'a par exemple illustré dans une vidéo tournée dans une ancienne habitation créole où un fantôme sorti du jeu PACMAN errait, prisonnier. 

Partant d'un principe selon lequel la contre-culture est un moyen efficace de se faire entendre à l’intérieur d’une culture dominante, il affirme aujourd'hui que l’industrie est une action superficielle et que l’artisanat est contre culturel.    
    
Pour Guillaume LEGAL, en Guyane, une association entre artisanat local et art contemporain permet principalement l’injection d’une intuition extérieure dans un savoir souvent réduit à l’acharnement commercial. Il a alors recours à des intermédiaires et leur savoir-faire afin de former le contenu de l’idée sans exotisme. Il a par exemple fait recouvrir de perles une casquette, en laissant à l’artisan le soin des motifs. Elle est finalement devenue une sorte de produit de promotion de son village comparable à un article de marchandising américain.

Lorsque Guillaume LEGAL prend les outils, il maltraite les objets issus de l’acculturation, il perturbe les formes standardisées par le temps. Il y traite ce qu’est devenu l’artisanat comme un passage possible à l’expression. Pour ce faire, il le teste, il le met à l’épreuve, il le confronte aux modèles modernes. Il en résulte des dessins et des volumes illustrant attaques et débordements violents.         

L’acte de tatouer est aussi une blessure volontaire plus explicite qu’on ne le croit. Le tatouage demeure pour moi l’objet d’un travail, un outil d’analyse. Cette technique plus ou moins aléatoire est l’emblème de la contre-culture et devient celui d’une acculturation désespérée. Parmi les formes d’acculturation que j’illustre, le tatouage revient sans cesse : il est après tout la preuve indélébile des tendances extrêmes d’une société. Il est aussi le gage d’une entreprise personnelle et peut contenir un message fort. Guillaume LEGAL 

Guillaume LEGAL a ainsi réalisé un mobile constitué des tatouages mis en volumes de tissu. Ces motifs autoproduits des membres d’un village amérindien montrent la volonté de conserver des formes ancestrales primitives au sein de thèmes occidentaux. Il a aussi fait pyrograver les motifs de tatouages de bagnards sur un buste témoin par les mains profanes d’élèves. Ce tronçon de corps comme pétrifié, fossilisé, démontre au travers de ces reproductions de « bousilles » l’existence des principaux critères définissant une culture à part entière.
                                                                                                                                                      

Parcours

Interventions 

2015 Animation d’un atelier pyrogravure/reproduction de tatouages de bagnards, au camp de la transportation, St Laurent du Maroni pour le dispositif national Les portes du temps
2014-2015 Valorisation d’une peinture naturelle au village Wayam avec le rectorat, la DAC et Guyane première dans le cadre de l’élaboration d’un monument commémoratif     
2014 Encadrement d’un public handicapé IME et CLIS, concours d’arts plastiques pour l’association  EMEGA, Cayenne                          
2014 Animation d’un atelier sculpture, St Jean du Maroni avec l’association  Meki wi libi la wan pour le dispositif national Les portes du temps       
2013 Montage d’une œuvre végétale, site archéologique de l’habitation Loyola, Montjoly 
2011-2013 Création d’affiches et de visuels pour des manifestations cinématographiques, conception/réalisation de trophées pour le rectorat de Cayenne 
2011 Installation Avez-vous confiance en l’artiste ? à l’Iguana k’fé pour l’association Natural Tribal, Cayenne                                                                                                               2011 Travail autour de l’alchimie, conception/réalisation des décors d’ Athanor, opéra de fin d’année du conservatoire de musique et de danse de Cayenne 

 

Expositions collectives

2015 Home again une réflexion sur le rapport homme/habitat, Fort diamant, Cayenne 
2012 Mythologies ordinaires avec S.Graille et M-A. Jouée au Fort diamant, Cayenne

 

Expositions personnelles

2015 Installation Self made man au CIAP, camps de la transportation, St Laurent du Maroni   
2014-2015 Exposition dans divers lieux des Fétiches de kirikou de St Jean du Maroni     
2014 Contre-sens à la poudrière, Cayenne               
2012 Géométries variables aux palmistes, Cayenne     
2010 Contre la rigueur, pour la rugosité à la galerie la buena vista, Rémire-Monjoly  
2009 Galerie la buena vista, Rémire-Monjoly             
2008 Attention, une vie s’écoule !, à l’espace ININI à Cayenne 

 

Contact

Guillaume LEGAL
Tél. : 05 94 28 52 43
Mél. : e-p22[at]orange.fr

Site internet e-p22.e-monsite.com

 

Mots clés associés

Réseaux sociaux

Partagez cette page sur les réseaux sociaux :